VOTE | 40 fans

Biographie d'Elizabeth Montgomery

Constamment baignée depuis son enfance dans le milieu artistique américain, Elizabeth Montgomery ne se fait pas prier pour devenir actrice. Née à Los Angeles le 15 avril 1933, fille de l'acteur américain Robert Montgomery et de l'actrice de théâtre Elizabeth Allan, c'est avec son père qu'elle fait ses débuts. En effet, dans les années cinquante, Robert Montgomery anime et produit sa propre émission à la télévision : « Robert Montgomery Presents ». Il s'agit d'une émission du style « Les beaux dimanches » qui présente des télé-théâtres. C'est précisément en 1951 qu'Elizabeth Montgomery débute, dans le télé-théâtre « Top Secret ». Elle fera partie de la distribution régulière de la série de son père jusqu'en 1957, tout en participant aussi à d'autres séries du même style, dont « Studio One » et « Kraft Theater ».

Parallèlement à cela, elle fait du « vrai » théâtre, sur Broadway, avec plusieurs comédiens débutants, dont le fameux James Dean, et gagne un prix en 1953 pour la qualité de ses interprétations. En 1955, alors âgée de 22 ans, elle entre de plein fouet dans le septième art. Elle tourne aux côtés de Gary Cooper et de Rod Steiger dans « Condamné au silence » du cinéaste Otto Preminger. Étant la seule femme du film, et n'étant certainement pas dépourvue de charme, elle se fait rapidement remarquer.

Elle tourne encore au cinéma dans « La revanche du sicilien », ainsi que dans « Mercredi soir neuf heures » (« Who's been sleeping in my bed? »). Elle reste aussi fidèle à la télévision en participant à plusieurs séries populaires, dont « Alfred Hitchcock Presents », « Thriller : Masquerade », « The Twilight Zone » et « Les Incorruptibles », émission qui lui vaut d'ailleurs sa première d'une série de dix nominations aux Emmy Awards.

Elle tourne en 1962 son premier téléfilm, « Mr. Lucifer », une comédie noire où elle interprète la secrétaire du Diable, et où le Diable est interprété par... Fred Astaire ! Elle joue par la suite le rôle principal du télé-théâtre « The Spiral Staircase ». Elle multiplie ses apparitions à la télévision en participant aux séries « Rawhide », « Burke's Law » et « 77 Sunset Strip ». Ayant quitté l'acteur Gig Young, avec qui elle vivait une relation plutôt tumultueuse depuis quelques années, pour se marier avec le réalisateur William Asher, Elizabeth Montgomery décide de s'associer avec son nouveau mari et tourne en 1963 un pilote de la future série « Ma sorcière bien-aimée » (« Bewitched »). L'émission est présentée à l'automne et obtient un tel succès que les deux associés décident d'en faire une série hebdomadaire. La belle aventure de Samantha, la sorcière bien-aimée de tous, débutera officiellement en septembre 1964, et ne prendra fin que huit ans plus tard, au printemps 1972.

Le feuilleton deviendra une véritable série culte, et Elizabeth Montgomery sera nominée cinq fois de suite aux Emmy Awards, entre 1965 et 1970. Les autres artisans de la série le seront aussi à plusieurs reprises, et les acteurs, dont Dick York (Jean-Pierre), la grande Agnes Moorehead (Endora) et Marion Lorne (Tante Clara) ont fait un merveilleux travail. « Ma sorcière bien-aimée » est une série amusante, intelligente, et attachante. Elizabeth Montgomery deviendra alors l'une des actrices les plus populaires des années soixante, et ce partout dans le monde.

Après la fin de cette populaire et longue série, en 1972, Elizabeth Montgomery change de registre et tente de faire oublier Samantha. Elle devient alors la reine des téléfilms, et elle en tourne au moins un par année. Elle débute avec le suspense « Qui a tué Susan? » en 1972. Elle divorce de William Asher, de qui elle a eu ses trois enfants : deux fils, Robert et William Junior, et une fille, Rebecca, et s'installe avec l'acteur Robert Foxworth, qu'elle rencontre en 1973 lors du tournage du film « Marquée par le destin » (« Mrs Sundance »). En 1974, elle renoue avec le succès dans le premier film qui traite avec sensibilité du grave sujet du viol des femmes, « Une affaire de viol » (« A Case of Rape »). Elle est nominée une septième fois aux Emmy Awards, grâce à ce rôle. Ce film a d'ailleurs eu un réel impact sur la société américaine. Le fait de voir ainsi la douce et gentille Samantha se faire violer en a alors choqué et réveillé plus d'un... et le film a pu ainsi contribuer à faire tomber quelques préjugés sur ce sujet encore tabou en 1974.

Elizabeth Montgomery poursuit dans sa lancée avec « La légende de Lizzie Borden » (« The Legend of Lizzie Borden ») en 1975, l'un des plus grands rôles de cette actrice. Une légende qui n'en est pas une en fait, puisque Lizzie Borden a réellement existé, et ce film raconte l'histoire véridique de cette femme froide et sinistre qui a été accusée en 1892, à tort ou à raison, d'avoir assassiné sauvagement ses parents à coups de hache. Dans ce cas-ci, le principe est simple : Madame Borden est devenue aux États-Unis ce qu'est devenue la belle-mère marâtre de la petite Aurore l'enfant martyre au Québec, soit un personnage noir surgi des structures mentales profondes de la collectivité et élevé au niveau du mythe. Ce film a eu un vif succès, et c'est normal, puisqu'il est efficient. La mise en scène est sobre et solide, la photographie soigée, et le jeu d'Elizabeth Montgomery est retenu et efficace. Fritz Weaver, Katherine Helmond et Fionnuala Flanagan complètent la distribution de cette production.

Suivront les films « Dark Victory » avec Anthony Hopkins, pour lequel elle sera nominée une neuvième fois, « A Killing Affair » aux côtés du fameux O. J. Simpson, et « The Awakening Land » , une mini-série de huit heures pour laquelle Elizabeth obtiendra sa dixième et dernière nomination aux Emmy Awards sans jamais gagner la fameuse statuette. Idem aux Golden Globes Awards d'ailleurs, où l'actrice sera nominée quatre fois pour son rôle de Samantha (en 1964, 1966, 1968 et 1970), mais où la chance ne sera pas encore au rendez-vous. Qu'importe les prix, elle poursuit son chemin et tourne ensuite l'excellent film « Violence dans la ville » (« Act of Violence ») et la production « Jennifer: A Woman Story », tous deux en 1979. « Belle Star » (1980), « La vie est un cirque » (« When the circus came to town »), «The Rules of Marriage », « Pièces à conviction » (« Missing Pieces») et « Emma » (« Second Sight ») suivront, avec un bon succès.

Elizabeth Montgomery décide en 1985 d'être moins « gentille » dans ses films, et elle devient l'abominable infirmière en chef d'une pension pour personnes âgées qui assassine les résidents ! Le film en question, « Amos », obtient un grand succès, et Elizabeth fait face ici à d'autres comédiens chevronnés. Elle tourne l'année suivante dans « Between the Darkness and the Dawn » et décide de prendre un temps d'arrêt.

Elle se lance alors dans la narration de divers documentaires, dont « Coverup: Behind the Iran-Contra Affair » et « The Panama Deception », tout deux gagnants de l'Oscar du meilleur documentaire de leur année respective. Elle prend aussi des positions sociales importantes, ce que peu d'acteurs américains peuvent se vanter d'avoir fait jusqu'à présent. Notons ici, entre autres, la défense des droits des femmes, des gays et des lesbiennes, des minorités ethniques. Elle ira même jusqu'à défiler, en 1992, à la parade de la fierté gay de Los Angeles, avec son ami l'acteur Dick Sargent, afin d'exposer à tous ses convictions sociales libérales.

Elizabeth Montgomery retourne aux téléfilms en 1990 avec « Tendre Choo » (« Face to Face »), qu'elle tourne en Afrique pendant plusieurs mois avec son conjoint Robert Foxworth. Elle tourne par la suite « Les péchés d'une mère » (« Sins of the mother »), « État de peur » (« With Murder in Mind »), « Black Widow Murder: The Blanche Tyler Moore Story », « The Corpse as a Familiar Face » et un ultime film en 1995, « Deadline for Murder », sur la vie de la journaliste-criminologiste Edna Buchanan, gagnante du Prix Pulitzer.

Elizabeth Montgomery décède d'un cancer foudroyant le 18 mai 1995, à l'âge de 62 ans, à peine cinq semaines après avoir appris la nouvelle de sa maladie. Se sachant condamnée, elle épouse Robert Foxworth, son conjoint des 22 dernières années, sur son lit de mort. Adorée de toute une génération, elle fut sans contredit l'une des plus grandes dames de la télévision américaine des années cinquante à aujourd'hui. Une actrice hors pair.

Biographie écrite par Donald Jr. Bilodeau

 

Ecrit par bedou 
Activité récente

[Jeu] Pendu
Hier à 22:06

[Jeu] Photo du Mois
Hier à 18:48

[Jeu] - Jeu de mots
Hier à 18:48

Les Sondages
Avant-hier

Calendriers
08.09.2019

Juillet 2019
03.07.2019

Actualités
Sondage

Sondage "Rentrée"
Le sondage de la rentrée est en ligne. Cette fois, il porte sur la rentrée scolaire de Tabatha et...

Septembre est là!

Septembre est là!
Coucou, Septembre a déja bien commencé. Vous allez trouver le nouveau calendrier , toujours réalisé...

Août arrive!!

Août arrive!!
Des nouveautés en août:  * le joli calendrier estival créé par mnoandco * le  nouveau sondage...

Juillet 2019

Juillet 2019
Le calendrier de Juillet 2019 est arrivé.  C'est à mnoandco que nous devons sa réalisation. Alors,...

Fan!

Fan!
Alors, quelle nouvelle allez-vous dire ? Etre fan? On va virer genre Pascal Obispo? Pas du...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Sas1608, Avant-hier à 12:09

Nouveau design sur le quartier de Grey's Anatomy

cinto, Avant-hier à 16:50

Henry Cavill ou Jonathan Rhys Meyer? De qui souivez-vous l'ac

cinto, Avant-hier à 16:52

Bug, je recommence: Henry Cavill ou Jonathan Rhys Meyer? Natalie Dormer peut-être ?De qui suivez-vous l'actualité? Sondage chez The Tudors. Merci !

langedu74, Avant-hier à 20:55

Venez choisir le nouveau membre des Peaky Blinders entre Buffy Summers et Max Guevara !

juju93, Hier à 18:36

"Souvenir du P-L-anet" sur The L Word. Catégorie en cours : Rachel Shelley ! Jusqu'à demain soir pour poster votre photo favorite !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site